Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 1999 / 4 mars 1999
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

4 mars 1999

D 4 mars 1999     H 11:11     A Magloow + Jigor     C 0 messages


> Commentaires de Patrick MAZZARELLO

JIGOR
- Considérez une forêt constituée d’arbres continuellement en train de mourir et remplacés par des nouveaux. En la considérant sur un long espace chronologique, cette forêt peut être considérée tout à fait comme une entité à existence continue mais à changement lent lorsque c’est compris à travers l’ordre implié sur lequel KARZENSTEIN reviendra.

Vous pouvez voir la matière inanimée et les êtres vivants basiquement semblables à certains aspects fondamentaux pour ce qui est de leur mode d’existence. Lorsque la matière inanimée est laissée à elle-même, le processus reproduit seulement une forme similaire de matière inanimée entre l’inveloppement et le développement. Mais lorsque elle est inscrite, informée par la graine, elle commence à produire une plante vivante.

A la fois, cette dernière donne naissance à une nouvelle graine qui permet au processus de se perpétuer après la rupture de cette plante.

La plante étant formée, maintenue et dissoute par l’échange eau/lumière avec l’environnement, pouvez-vous prétendre qu’il y a une distinction tranchée entre ce qui est vivant et ce qui ne l’est pas ?

Exemple : une molécule de dioxyde de carbone traversant la paroi d’une cellule dans une feuille ne devient pas subitement vivante et une molécule d’oxygène ne meurt pas non plus brutalement lorsqu’elle est relâchée dans l’atmosphère. Considérez donc cette existence végétale elle-même comme appartenant à une totalité dont le support est l’environnement.

Ainsi vous pourrez dire que le vivant est inveloppé dans la totalité et que même lorsqu’il ne se manifeste pas, il est pour ainsi dire implicite lorsque vous appelez en général une situation sans vie…

Matière inerte/Matière vivante - Matière vivante/Matière inerte - principe Volume/Vide [1].

MAGLOOW
- Ce raisonnement ne signifie toutefois pas que l’on puisse réduire la vie complètement à rien de plus que ce qui vient de l’activité d’une base gouvernée par les lois de la matière inanimée seule.

JIGOR
- Considérez la matière inanimée comme une subtotalité relativement autonome en laquelle, au moins pour autant que vous le sachiez à présent, la vie n’est pas manifeste de façon signifiante.

A bientôt.

Notes

[1La formule « principe Volume/Vide » est de J.C.P. et a été approuvée par les Visiteurs de l’Espace/Temps à travers le terme « exactement ». Il a été indiqué que « l’on est arrivé à l’aboutissement ».

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0