Etude des Textes transmis à Jantel
Vous êtes ici : Accueil / Chronologie des « Textes » / Année 1999 / 10 mars 1999
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

10 mars 1999

D 10 mars 1999     H 11:49     A MAGLOOW + JADOPHER + JIGOR     C 0 messages


MAGLOOW, JADOPHER et JIGOR (mercredi 10 mars 1999)

J.C.P., mu en JANTEL, se mit à deviser, à l’instar de KARZENSTEIN et JIGOR, sur la vision qu’il avait à cet instant-là.

La vitesse du mouvement de sa pensée était telle que je n’ai pas eu le loisir de transcrire le moindre mot, puis MAGLOOW intervint, soulignant que la chose pouvait être approchée…

MAGLOOW
- Par le paradoxe de ZENON.

Il précisa :
- C’est un ensemble sur lequel KARZENSTEIN reviendra.

M’interrogeant sur le terme qui pouvait correspondre à ce type de comportement, à savoir le fait de réciter un texte très dense avec le mouvement, constituant une vision d’ensemble, il fut répondu :

MAGLOOW
- C’est une interception.

J.C.P.
- L’interception, c’est une façon de faire corps.

JADOPHER
- L’ordre convenable pour une opération de l’Esprit (cerveau - corps) réclame une appréhension d’ensemble de ce qui est généralement connu non seulement morphologiquement, non seulement logiquement mais aussi intuitivement = images - sentiments - poésie du langage etc.

Chez vous, c’est ce qui embrasse l’harmonie entre ce que vous assimilez au cerveau gauche et au cerveau droit.

Cette voie d’ensemble du processus de pensée n’est pas uniquement un apport de nouvelles idées théoriques.

Votre esprit humain, si altéré soit-il, garde nécessité d’agir dans une totale ou quasi totale harmonie, laquelle pourrait et aurait pu rendre possible une société ordonnée et stable.

KARZENSTEIN s’appesantira sur cet aspect de la dissociation s’étant opérée à un moment donné entre l’être et le devoir être.

Transmettez mes pensées de bonne augure à votre entourage.

JADOPHER et JIGOR (le même jour)

Apparaît sur l’écran : tél. 01.60.66.49.93 - FAY’S COMMUNE DE CHAILLY-EN- BIERE - Répétition - Répétition -

Puis GEGE - ou le support qu’il constitue à ce moment - va livrer le Texte ci-après retranscrit qui vraisemblablement émane de JIGOR. Ce dernier « se trouvait » dans la localité ci-dessus mentionnée pour une forme d’ordonnancement, puisqu’il nous fut signalé par MAGLOOW que JIGOR était allé mettre un petit peu d’ordre là-bas.

JIGOR
- Vous l’avez vu dans la pensée qui tend à contenir la totalité, il est délicat de posséder une réelle clarté ; d’une part parce que votre penser est intense, continuel et total, qu’il donne une impression évidente de réalité : Impression _ Expression et, d’autre part, parce qu’il n’y a pas de choses sensoriellement perceptibles vis-à-vis desquelles il puisse être testé.

En vérité vous ne portez une adéquation attentive aux véritables processus de la pensée.

Vous glissez dans une forme de réponse conditionnée de la mémoire sans remarquer qu’elle est encore seulement une forme de pensée.

Cette forme vous fait croire que vous possédez une vue de la totalité de la réalité. Comme nous vous l’avons déjà indiqué, la pensée dont le contenu est la totalité doit être observée telle une forme d’art, telle de la poésie dont la fonction première est de faire naître une nouvelle perception et possède une action qui est implicite dans cette perception, plutôt que de communiquer une connaissance réflexive du « comment tout est ».

Ceci implique qu’il ne peut plus se déceler de forme ultime d’une telle pensée qui puisse s’avérer une poème définitif : cela fournirait d’autres poèmes non nécessaires. Toute forme de pensée spécifique ayant trait à la totalité conditionne une façon de regarder votre propre contact entier avec la réalité ; ceci pourvoit à des implications qui concernent la manière dont vous êtes susceptible d’agir dans ce contact. Chaque manière de regarder, d’observer reste limitée dans la mesure (« mesure = sens »), laquelle peut mener à un ordre global et à une harmonie seulement jusqu’à un certain point au-delà duquel cet ordre cesse d’être adapté et adéquat.

Le véritable mouvement de pensée qui englobe toute particularité de la totalité devra être considéré tel un processus avec forme(s) et contenu(s) toujours changeants.

Un processus mené en bon ordre avec l’attention et la conscience de la pensée dans son vrai flux de devenir ne pourra tomber dans l’habitude de considérer le contenu tacitement telle une réalité finalisée et statique qui pourrait être en fait indépendante de la pensée.

Roger CANDY d’après JIGOR.

 

Mots-Clefs

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

Etude des Textes transmis à Jantel

1970-2020
Archives | | Contact

RSS 2.0